L'équipe
Clarke et McIlroy se connaissent depuis 17 ans.
L'équipe

Europe 2016

McIlroy n'a pas oublié son dixième anniversaire surprise et souhaite renvoyer la pareille à Clarke

Dix-sept ans après son dixième anniversaire, lequel lui apporté en guise de cadeau une première rencontre hors du commun avec Darren Clarke, Rorry Mcllroy tient absolument à ce que le capitaine de l'équipe européenne de la Ryder Cup quitte Hazeltine avec d'aussi bons souvenirs.

McIlroy fera sa quatrième apparition à la Ryder Cup après une victoire épatante en playoff au Tour Championship de l'US PGA Tour à Atlanta dimanche, ce qui lui a valu le titre de la FedEx Cup et une récompense de 11,5 millions de dollars.

Et après avoir regretté d'avoir qualifié le tournoi bisannuel de « démonstration » avant sa première participation en 2010 au Celtic Manor, le quadruple champion en Grand Chelem est particulièrement motivé de participer à la première série de quatre victoires consécutives de l'histoire.

« Avant la Ryder Cup de 2010, j'ai dit des choses qui semblent vraiment stupides maintenant, a concédé McIlroy mardi. Je pense que je sous-estimais les événements.

« Tous les joueurs européens ont eu la chance d'être dirigés par des grands capitaines, particulièrement les deux derniers. Paul McGinley, à Gleneagles, était le meilleur capitaine avec lequel j'ai jamais joué. J'avais un lien très spécial avec Paul.

« Pareil pour Darren. J'ai rencontré Darren pour la première fois à mon dixième anniversaire au Royal Portrush Golf Club et on se connaît depuis lors. Je faisais partie de sa fondation visant à stimuler le talent en Irlande et je pense que ce sera une semaine spéciale pour nous, maintenant qu'il est capitaine à la Ryder Cup et que je joue dans son équipe.

« J'ai toujours voulu gagner pour le capitaine, mais c'est probablement encore plus vrai cette année en raison du lien que je partage avec Darren. »

Au sujet de cette première rencontre en 1999, McIlroy a ajouté : « C'était mon cadeau d'anniversaire, de pouvoir jouer au Royal Portrush, ou plutôt au Valley Course, juste à côté.

« Mon père m'y avait emmené pour mon anniversaire. Je me souviens avoir reçu un nouveau wedge, donc je m'entraînais au chip-in sur le green du practice, c'est là que Darren se trouvait. J'étais émerveillé. Il était très en forme, il faisait partie du top dix mondial et c'était la première fois que je le rencontrais. C'était un super anniversaire.

« J'ai toujours gardé cette journée en tête et cette semaine, tous ces souvenirs me sont revenus, des moments que nous avons passés ensemble à Portrush et Portmarnock, où il organisait le week-end de sa fondation chaque année.

« Et nous voici, sur la plus grande scène du sport, et j'ai l'opportunité de joueur dans l'équipe qu'il dirige au poste de capitaine à la Ryder Cup. Je suis impatient. Il s'agit de ma quatrième Ryder Cup. Je n'ai jamais perdu avant et c'est bien entendu à nouveau l'objectif cette semaine, de ramener la coupe à la maison. »

La devise de l'équipe européenne cette semaine, c'est « côte à côte », et McIlroy se prépare pour un affrontement difficile contre une équipe américaine qui cherche à se rétablir après avoir perdu six des sept dernières éditions.

Bien que deux de ces dernières fussent remportées par une marge record de neuf points, en 2004 et 2006, un seul point séparait les équipes en 2010 et 2012 et l'Europe a dû se faire une frayeur à Gleneagles avant de l'emporter par cinq points.

« Nous n'aurions pas dû gagner en 2012, a admis McIlroy. Ce qui s'est passé était incroyable. Et même au Celtic Manor en 2010, nous n'avons gagné qu'une seule session, mais c'est lors de cette session que tous les 12 golfeurs étaient sur le parcours [en raison des intempéries] et nous nous sommes imposés 5 1/2 à 1/2.

« La Ryder Cup a probablement été beaucoup plus serrée que les gens ne le pensent et je suis certain que ce sera encore le cas cette année. Ça sera très difficile. Notre adversaire est très fort. Nous jouons contre une équipe américaine très doué et à domicile. Ce sera une très belle bataille. »