L'équipe
Faites une révérence Rory McIlroy
L'équipe

Europe 2016

Six choses que nous avons apprises pendant la première journée de la Ryder Cup 2016

L’équipe américaine n’est pas là pour plaisanter :

Arrivant à la Ryder Cup après trois défaites consécutives et souhaitant se rattraper après leur triste défaite au "Miracle à Medinah", il n'a pas fallu longtemps à l'équipe des États-Unis pour mettre son nouveau plan et sa nouvelle équipe en action sous les yeux de l'équipe Europe. Les hôtes menaient vendredi matin en rasant tout dans la première session de la Ryder Cup pour la première fois depuis 41 ans.
Même si les hommes de Darren Clarke ont fait une bonne après-midi en dominant les matchs quatre balles, il était clair dès le premier jour dans le Minnesota que l'équipe américaine était une force importante sur laquelle il fallait compter.

Rory McIlroy est remonté à bloc :

Du moment où McIlroy s'est présenté au terrain d'entraînement peu avant son foursome de la matinée, il était clair que le Nord-Irlandais était prêt lorsqu'il a crié : « Allez Rosey !» entre deux coups quand Justin Rose s'est présenté au tee adjacent.

Même après sa défaite contre Rickie Fowler et Phil Mickelson à la première session, il a apprécié d'être le membre senior de son partenariat avec Andy Sullivan, saisissant ainsi toutes les occasions offertes de bien s'entendre avec son partenaire.

C’est toutefois dans les matchs en quatre balles de l’après-midi que nous avons pu observer toute l’importance qu’a la Ryder Cup pour Rory, 27 ans, qui a laissé éclater bruyamment sa joie lorsque son partenaire et nouvelle recrue Thomas Pieters a rentré la balle dans le trou. McIlroy a toutefois gardé le meilleur de sa joie pour le green du 16è trou, lorsqu’il s’est incliné devant la foule avant de pousser un nouveau cri de joie après avoir rentré son putt pour eagle lui permettant de remporter le match contre Dustin Johnson et Matt Kuchar.

Rafa Cabrera Bello est chez lui dans son environnement :

Avec des milliers de supporters bruyants et enthousiastes qui vous attendent au départ du premier trou, un début à la Ryder Cup n’est jamais une proposition facile, qui n’a pas d’équivalent en golf pour ce qui est du spectacle et de la pression au premier trou. Cela n’a pas semblé déranger la nouvelle recrue Cabrera Bello, qui a fait un début de rêve à la Ryder Cup aux côtés de son compatriote l’espagnol Sergio Garcia dans les matchs en quatre balles de l’après-midi, battant J.B Holmes et Ryan Moore 3 et 2.

On s’attendrait normalement à ce que ce soit le membre le plus chevronné de l’équipe qui domine la discussion au départ du premier trou, mais c’est Rafa qui semblait parler le plus sur le chemin menant au départ.

Mais c’est une chose de sembler à son aise dans les conférences de presse et au départ du premier trou, et une autre de jouer et de remporter des points décisifs pour son équipe. Rafa a réussi à assurer sur tous les fronts et aura une nouvelle chance de confirmer ses débuts héroïques lorsqu’il rencontrera avec Sergio Patrick Reed et Jordan Spieth dans les foursomes de samedi matin.

Stenson et Rose n'ont pas perdu leur magie :

Henrik Stenson et Justin Rose sont arrivés au Hazeltine National Golf Club avec une réputation de partenaires redoutables après avoir remporté les trois matchs qu’ils avaient joués ensemble lors de la Ryder Cup 2014 à Gleneagles. Les médaillés olympiques d’or et d’argent se sont pourtant vite retrouvés en difficulté dans le premier match de vendredi matin, Spieth et Reed finissant par remporter la victoire 3 à 2. Ce solide duo de frappeurs de balles sera-t-il séparé par le capitaine Clarke pour les matchs en quatre balles de l’après-midi ? Pas du tout.

La confiance de Clarke à l’égard de Henrik et Justin est telle que le Nord-Irlandais a de nouveau envoyé la paire pour le premier match en quatre balles, ce qui s’est avéré une sage décision, Rose et Stenson produisant un jeu sensationnel pour remporter une victoire complète 5 à 4. Leur performance, reflétée par un score de neuf coups en dessous du par au bout de seulement 14 trous, a rappelé leur fameuse victoire de la dernière fois contre Bubba Watson et Matt Kuchar en Écosse. Ils ont peut-être goûté à la défaite vendredi matin, mais il faut toujours faire attention à Stenson et Rose.

Nous avons la promesse d’un autre duo espagnol de choc :

Les équipes européennes de la Ryder Cup ont compté bon nombre de grands joueurs espagnols au fil du temps, qui à l’instar de Seve Ballesteros et José María Olazábal, ont formé des partenariats célèbres. Garcia et Cabrera Bello, les deux espagnols de l’équipe de cette année, sont arrivés à Hazeltine en parlant de leur admiration mutuelle, Rory McIlroy faisant remarquer avec humour pendant les préparations que les deux compatriotes remportaient la palme de la « bromance » au sein de l’équipe européenne. La paire a scellé son amitié avec une victoire fracassante vendredi après-midi et repartira ensemble samedi matin pour les foursomes.

La dernière victoire de Garcia place le joueur de 36 ans à la sixième place de la liste des joueurs ayant gagné le plus de points dans la Ryder Cup, juste un point derrière son héros Severiano. Si le duo espagnol, qui se surnomme lui-même « l’armada espagnole », est capable de reproduire son succès du premier jour pendant le reste de la Ryder Cup 2016, il s’inscrira dans la lignée des grands partenariats espagnols.

Thomas Pieters ne plaisant pas :

Avant d’arriver à Hazeltine, nous savions déjà que Thomas Pieters était un joueur solide. Le Belge, qui a remporté la dernière épreuve de qualification de la Ryder Cup à Made au Danemark pour devenir le choix du capitaine pour Hazeltine, a encaissé une lourde défaite aux côtés de Lee Westwood dans les foursomes du matin. Pour beaucoup de joueurs faisant leurs débuts dans la Ryder Cup, cela aurait entraîné une perte de confiance. Mais pas pour Pieters.

Clarke le connaît bien et savait que le jeune joueur de 24 ans saurait rebondir, ce qu’il a fait avec McIlroy dans les matchs en quatre balles. Rory a été très impressionné de ce qu’il a vu, déclarant :

« Tout le mérite en revient à Thomas, qui fait ses débuts à la Ryder Cup et s’y trouve comme chez lui. Il a été incroyable toute la journée. Avec la manière dont il a joué ce matin dans les foursomes et ce qu’il a accompli ici cet après-midi, c’est un champion. »

Avant Hazeltine, Pieters a reçu beaucoup de conseils de la part de Nicolas Colsaerts, qui avait fait des débuts très réussis à la Ryder Cup de Medinah. S’il est capable de continuer comme il a terminé le premier jour, ce grand frappeur laissera sa marque sur le plus grand événement golfique par équipes.