Capitaines
« C'est agréable de se sentir en avance à ce stade de la preparation », explique le capitaine Davis Love III.
Capitaines

USA 2016

Questions/réponses avec Davis Love III : la course aux points de 2016

Davis Love III a hâte que la Ryder Cup commence.

Le capitaine de l'équipe USA de la Ryder Cup sait maintenant que la date se rapproche, les prochains mois vont vite passer et tout d'un coup, les 12 meilleurs joueurs des États-Unis et les 12 meilleurs d'Europe seront sur le premier départ à Hazeltine à Chaska dans l'État du Minnesota.

M. Love, capitaine de l'équipe USA pour la deuxième fois en trois Ryder Cups, se sent mieux préparé que la première fois, c'est comme un président qui est réélu pour un second mandat, a-t-il déclaré. Il s'est dit conscient des détails qui doivent être réglés en dehors du parcours, il sait qui se chargera de les régler, il peut donc maintenant se concentrer sur le golf, à la fois sur le sien et celui des membres potentiels de son équipe.

Cette semaine, jute avant le début du Sony Open à Hawaï, nous avons discuté avec Davis Love pour lui poser quelques questions sur son jeu, sur le statut de plusieurs joueurs et sur d'autres sujets.

PGA.com : Pour la premiere fois depuis 2009, vous avez participé la semaine dernière au Tournament of Champions à Kapalua. Comment ca s'est passé ?

Davis Love : c'est toujours agréable d'être de retour à Maui et dans ce tournoi où j'ai tant de bons souvenirs. Mark Rolfing est un grand ami, il a toujours invité ma famille sur l'ïle depuis 1986. Quant à la semaine dernière, c'était vraiment génial pour moi et toute la famille d'être de retour. Et, pour moi, c'est toujours agréable de jouer avec les meilleurs joueurs au monde. Jouer à Kapalua était une vraie récompense et un excellent moyen de commencer l'année.

PGA.com : Justin Thomas a fait sensation la semaine dernière quand il a déclaré au Golf Channel, qu'il préfèrait gagner avec l'équipe USA de la Ryder Cup que de remporter un tournoi du Grand Chelem. Que pensez-vous de cette déclaration ?

Davis Love : en tant que capitaine de l'équipe j'ai adoré la déclaration de Justin. Mais, je parie qu'avec neuf trous à jouer et une avance de deux coups dans le PGA Championship, il pourrait changer d'avis.

Ce qui me plaît toutefois chez des gars comme Justin, Dufner et d'autres, c'est le fait qu'ils veulent être dans une équipe de Ryder Cup gagnante et ils le disent. C'est un objectif important pour eux. Phil Mickelson m'a pris à part, après avoir remporté la Presidents Cup à l'automne et il m'a dit : « Je suis prêt pour la Ryder Cup. » C'était super. Les gras, même pour les vétérans ça devient un objectif important. C'est un grand objectif pour toute l'année, à partir de janvier, pas seulement en septembre.

PGA.com : Participant aux deux compétions du PGA Tour et de l'European Tour cette année, Patrick Reed a joué et jouera beaucoup au golf partout dans le monde entier. Jusqu'à present, il a même très bien joué.

Davis Love : Patrick est un gars plein d'énergie qui aime jouer et aime la compétition. Alors qu'il est encore jeune, il en profite pour voir le monde. J'ai apprécié mon voyage avec lui et sa femme en Corée pour la Presidents Cup. J'ai passé beaucoup de temps avec eux et j'appris à mieux les connaître. Son intensité et sa passion pour le jeu sont géniales. Espérons qu'il fasse assez de points, je suis sûr qu'il le fera, jouer les deux tours pour garder son classement dans les 8 premiers.

PGA.com : Il fut un temps où lors d'une interview aucun joueur ne pouvait échapper à une question sur Tiger Woods. Désormais, il semblerait, qu'à chaque interview vous avez droit à une question sur Jordan Spieth. Cela dit, que diriez-vous de lui ? Une victoire à huit coups à moins de 30 ans la semaine dernière.

Davis Love : Permettez-moi de dire cela, j'ai joué sur un parcours plus vallonné et plus long que celui de Jordan la semaine dernière. Lorsque des gars comme lui, Tiger, ou Greg Norman sont dans la zone, il est incroyable de voir comment ils peuvent se séparer du terrain.

Mercredi dernier, mon fils Dru regardait Jordan s'entraîner. Plus tard ce jour-là, Dru m'a dit, « Jordan va gagner ce tournoi. » Il avait raison, évidemment. Depuis l'année dernière, Jordan est devenu tellement sûr de lui qu'il n'y a rien qui puisse l'arrêter pour le moment. La semaine dernière, je me suis dit si je reste en dessous de 20 coups, ce serait une bonne moyenne. Malheureusement, j'en étais vraiment loin.

PGA.com : Je sais que vous êtes un gran fan de Rickie Fowler. Que pensez-vous de sa tenue branchée de la semaine dernière avec baskets hautes et pantalon de survêtement ?

Davis Love : Rickie est trop cool. Il peut tout se permettre. Je ne crois pas que nous allons changer les uniformes de la Ryder Cup pour cette tenue, par contre nous avons les casquettes à visière plate que Rickie et Dustin aiment, nous faisons donc quelques concessions. Vous savez, Rickie a de nombreux supporters parce qu'il veut être leader et faire ce qui lui plaît. Si vous le connaissez, vous savez qu'il le fait pour s'amuser. Il ne le fait pas par arrogance, il le fait pour le plaisir seulement.

PGA.com : Nous nous attendons à voir beaucoup d'entre vous sur le PGA Tour cette année après avoir remporté le Wyndham Championship 2015. Dans quelle mesure cela vous aide en tant que capitaine de jouer dans le Tour normal ?

Davis Love : C'est très, très utile. Non seulement à jouer régulièrement, mais dans la catégorie des gagnants. Par exemple, cette semaine, je vais jouer les deux premiers tours avec Brandt Snedeker et Kevin Kisner, deux gars qui ont une grande chance d'être dans l'équipe.

Nous avons parlé de l'European Tour qui organise des partenariats pour Darren Clarke. Eh bien, c'est comme si je bénéficiais de cet avantage aussi. L'avantage c'est que je ne dois pas me rendre spécialement dans des endroits comme Augusta National pour les voir jouer. Je joue avec eux. À Akron, je serai là-bas pour jouer avec eux. Je peux avoir des réunions avec beaucoup de joueurs qui seront dans l'équipe juste avant la Ryder Cup. Rickie a dit que c'était cool que je sois ici pour jouer. Je ne vais pas arriver le lundi de la semaine de la Ryder Cup en disant : « qu'est-ce-qui se passe ? » Nous allons composer. Et, j'espère que je pourrai jouer avec eux dans les séries éliminatoires cette année comme l'année dernière aussi.

PGA.com : Quant à la Ryder Cup, que se passe-il en coulisses en ce moment ?

Davis Love : Rien de bien important. Kerry Haigh (le directeur général des championnats du PGA of America) m'a tenu au courant de ce qui se passe. Ils étaient en train de changer le sable à Hazeltine jusqu'à ce qu'il neige. Je suis les détails. Les choses comme les sacs de golf, les vêtements, tout est pratiquement sur le point d'être finalisé. Robin (mon épouse) se rendra à New York en février pour s'occuper des derniers détails concernant les uniformes pour les femmes. Tout se passe bien. C'est comme le second mandat d'un président, beaucoup plus facile. Vous savez comment ça marche et connaissez les personnes impliquées. Tout s'est bien passé jusqu'à présent. Maintenant que nous sommes en 2016, nous pouvons nous concentrer sur ce qui compte vraiment, la liste des points. C'est agréable de se sentir en avance à ce stade de la préparation, on peut ainsi se concentrer complètement sur le golf.

PGA.com : Je voudrais juste revenir quelques mois en arrière et vous demander, qu'est-ce que ça vous a fait de jouer avec votre fils dans un tournoi du PGA Tour au RSM Classic ?

Davis Love : C'était génial. Dru a fait des progrès et il a bien joué lors d'un match de qualification pour participer au tournoi. Ça a été un tournant décisif pour lui. En tant que père, ça a été assez incroyable pour moi de le regarder jouer tous les trous. Cela n'arrive jamais en championnat et cela ne se reproduira peut-être jamais. C'est amusant de le voir progresser et jouer, et passer du temps avec lui. Il n'y a rien de tel que de jouer avec son fils dans un grand événement comme celui-ci.

PGA.com : Enfin, vous devez être super content que l'école de Dru, Alabama, a remporté un autre championnat national lundi soir.

Davis Love : C'était passionnant à regarder. J'aime bien les deux entraîneurs et avec un match comme ça, c'est génial de regarder les changements d'impulsion. Je ne regarde plus les grands événements sportifs en tant que supporter toutefois. J'essaie toujours d'apprendre quelque chose qui m'aidera pendant la semaine de la Ryder Cup.

Mais pour Dru et ses copains, je sais que c'était génial de les voir au Club de golf. C'est un moment passionnant pour être à Bama.