Notre histoire
PGA of America
Notre histoire

USA 2016

Feu Payne Stewart sera toujours associé à Hazeltine

Mardi, les golfeurs de la Ryder Cup ont traversé un pont en pierre dédié à la mémoire de Payne Stewart et au septième fairway du Hazeltine National Golf Club, certains d'entre eux sont trop jeunes que pour avoir connu l'homme qui a fêté une Ryder Cup émotionnelle en 1999 en dansant en pyjama.

Stewart sera toujours associé au Hazeltine National suite à sa victoire à l'U.S. Open de 1991 en playoff lundi, et le capitaine américain Davis Love III et ses vice-capitaines et joueurs ont trouvé le moyen de commémorer Arnold Palmer et Stewart, double champion de U.S. Open et participant passionné à la Ryder Cup, dans leurs vestiaires.

Stewart est décédé en octobre 1999 suite à un accident d'avion, un mois à peine après que ses coéquipiers et lui ont fêté leur victoire en Ryder Cup près de Boston. Il avait 42 ans.

« Certains des joueurs de l'équipe n'ont pas connu Payne Stewart, a déclaré Love. Il aurait été l'un de nos capitaines. Il aurait été présent en tant qu'ancien vainqueur. C'était un golfeur iconique et nous souhaitons reconnaître son palmarès ici. »

Des photos de Stewart et de Palmer, entre autres, décoraient les vestiaires américains avant que l'on apprenne dimanche le décès Palmer, l'un des golfeurs les plus influents de tous les temps, décédé à l'âge de 87 ans. Deux grandes photos supplémentaires de Palmer sont ensuite apparues lundi.

Love a déclaré qu'il n'oubliera jamais la célébration de Stewart après le retour époustouflant des Américains lors des simples du dimanche il y a 17 ans.

« Il s'est transformé plus tard dans la vie, mais ce soir-là, il s'est laissé allé, se rappelle Love. Il portait un pyjama rouge, blanc et bleu, il fumait un cigare et il dansait sur le piano. Je n'oublierai jamais un match que j'ai disputé avec lui durant lequel il m'a appris à être un joueur plus passionné en Ryder Cup, à être un meilleur leader au lieu de simplement être présent et jouer. Tout ce que Payne faisait était magique cette semaine-là. »

Réputé pour son style rétro et ses knickers, Stewart avait remporté son deuxième U.S. Open plus tôt cet été-là à Pinehurst. Après son putt victorieux, il a pris une pose sur une jambe avec le poing serré, qui est désormais immortalisée en bronze au site de Caroline du Nord.

Trois mois plus tard, il participait avec ses amis et coéquipiers à la dernière de ses cinq Ryder Cups.

« C'était une équipe exceptionnelle, avec des grandes personnalités et des grands golfeurs, toute une série d'hommes qui étaient n° 1 mondial à un moment ou un autre, a déclaré Tom Lehman, membre de l'équipe américaine de 1999. Payne était le leader émotionnel de l'équipe. C'est le gars qui choisissait la musique, chaque fois qu'on entrait dans les vestiaires, la musique était assourdissante. C'est le gars qui racontait des blagues, le gars qui pleurait en parlant de son père. C'est le gars qui décidait qu'on devait boire de la tequila le dimanche soir. Je vais m'arrêter là, parce que reste pourrait être compromettant.

« Il dirigeait par ses mots, avec ses émotions. C'est le gars qui rendait toujours l'équipe meilleure. »

La semaine dernière, le vice-capitaine américain et joueur à la Ryder Cup de 1999 Jim Furyk a reçu le Prix Payne Stewart avec émotion, décerné chaque année à un golfeur pour son fair-play et ses œuvres caritatives. Furyk a remercié Stewart et l'épouse de Stewart, Tracey, pour les avoir accueillis son épouse, Tabitha, et lui sur le Tour à ses débuts.

« Si vous le connaissiez, il restera toujours dans votre cœur », a déclaré Furyk.

Cet article a été rédigé par Jerry Zgoda, du Star Tribune, et une licence a été légalement obtenue via le réseau d'éditeurs NewsCred.