Capitaines
Davis Love III a annoncé que Darren Clarke et lui « donneront le ton » pour leurs équipes de 12 hommes à Hazeltine.
Capitaines

USA 2016

Les capitaines de la Ryder Cup ont promis une compétiton dans une ambiance courtoise

CHASKA, Minn. -- À pratiquement un an du début de la Ryder Cup au Hazeltine National Golf Club à Chaska, le capitaine de l'équipe américaine, Davis Love III, et son homologue européen Darren Clarke ne font aucun pronostic.

Mais ils promettent aux passionnés de golf qu'il n'est pas question de voir le même désordre se reproduire que lors de la Coupe Solheim en Allemagne.

L'Europe gagnait samedi un match à quatre balles dans les règles de l'art, mais elle a dû s'incliner après une décision basée sur les codes et le fair-play qui prônent dans le monde du golf.

La décision de ne pas accorder un putt par l'Européenne Suzann Pettersen au 17è trou de la rencontre a causé une véritable tempête médiatique sur les réseaux sociaux, qui a poussé Mme Petterson à s'excuser quatre fois dans une lettre d'excuses en ligne. Les États-Unis sont revenus avec force dimanche, lors des rencontres en simple, pour remporter le tournoi.

Love et Clarke, amis de longue date, ont promis mardi à Hazeltine que la compétition de septembre reflètera leur amitié.

« Cette Ryder Cup sera disputée avec le respect que Davis et moi partageons, a déclaré M. Clarke lors d'une conférence de presse mardi matin. Nous sommes amis depuis très longtemps et j'ai beaucoup de respect pour Davis. C'est un excellent ami, mais aussi l'un des grands gentlemen de ce sport... Ce qui est arrivé à la Solheim Cup est regrettable. Les actions de Suzann étaient justifiées par les Règles du Golf, mais pas par l'esprit du jeu. Et elle l'a admis avec le recul. Il est toujours très bon de prendre du recul. »

En termes d'anticipation, M. Love a annoncé que M. Clarke et lui « donneraient le ton » pour leurs équipes de 12 hommes via des messages envoyés durant l'année à venir.

« Durant les trois jours de la compétition, il y aura bien un événement gênant, a déclaré M. Love. Mais nous nous en chargerons en gentlemen et avec fair-play. Ce sera juste, compétitif et amusant. »

Connaissance du terrain

La visite de M. Love à Hazeltine était l'un de ses nombreux déplacements de l'année dans le Minnesota, État natal du vice-capitaine américain, un certain monsieur nommé Tom Lehman, sélectionné par M. Love et la PGA d'Amérique afin de profiter d'un avantage à domicile encore plus important.

« J'espère qu'il s'agit d'un avantage important, a confié M. Love. Tom a déjà permis de prendre de nombreuses décisions là-bas. Il connaît bien le terrain et la population. Je dispose donc de renseignements non seulement sur le parcours et sur le public, mais aussi sur les bons restaurants et j'ai déjà visité le village et obtenu des billets pour tous les événements sportifs.

« Tom est un excellent contact. On va beaucoup compter sur lui. »

C'est ce qu'il aime.

Quelqu'un a demandé à M. Love mardi si Hazeltine offrait l'opportunité de laisser pousser le rough un peu plus, après un rough relativement court lors de la victoire de l'Europe à Medinah, près de Chicago, en 2012.

« Le parcours permet de le couper assez court aussi, a répondu M. Love, qui peut influencer la configuration du parcours en tant que capitaine à domicile. Je n'aime pas le rough. J'y atterris souvent... Je préfère avoir plus d'opportunités de faire des birdies. Je trouve cela plus intéressant. Il s'agit d'un match-play. Nous souhaitons voir des birdies gagnants plutôt que des putts de 10 pieds pour par toute la journée. »

Derniers mots

-- Lors de sa visite dans le Minnesota avec d'autres représentants de la Ryder Cup européenne, M. Clarke a déclaré : « On s'est très bien occupé de nous. Nous avons apprécié notre visite, c'est magnifique. Merci beaucoup pour tout. »

-- Au sujet de la possibilité que ni Phil Mickelson ni Tiger Woods ne fassent partie de l'équipe américaine pour 2016, M. Love a dit : « Oui, c'est difficile à imaginer. »

Cet article a été rédigé par Jerry Zgoda, du Star Tribune, et une licence a été légalement obtenue via le réseau d'éditeurs NewsCred.